lundi 12 avril 2021 | Login
Mise en scène de trop sur le handicap : Sanekh et Jojo invités à faire des excuses aux personnes handicapées

Mise en scène de trop sur le handicap : Sanekh et Jojo invités à faire des excuses aux personnes handicapées Spécial

Une vidéo fait le tour du web, à travers les réseaux sociaux, et met en scène des personnes handicapées et les célèbres acteurs Aladji Sanekh, Cheikhou Gueye de son vrai nom et Cheikh Ndiaye dit Jojo. Dans le feu de leur action, un écart de langage et des propos stigmatisants contre les personnes vivant avec un handicap ont fait réagir plus d’un, notamment Mme Aissatou Cissé, Ministre Conseiller auprès du Président de la République qui n'a pas hésité à rappeler aux célèbres comédiens qu'on ne rit pas de tout et de n'importe quoi, surtout quand on intervient sur un sujet aussi sensible que le handicap.                                              

Nos deux grands artistes du théâtre sont tombés aussi bas sans s’en rendre compte, emportés certainement par la détermination et l’envie de vouloir faire rire. Mais, c’était sans compter avec la sensibilité du sujet. «Comme beaucoup d’individus, j’étais choquée de voir des acteurs, que beaucoup de gens aiment et adulent par rapport à ce qu'ils apportent à la culture, prendre à la légère la question du handicap. Le rôle du comédien, c'est de faire rire, ce qui est bon en soi, mais j'aimerai attirer leur attention sur le fait qu'on ne rit pas de tout et de n'importe quoi. Dans ce qu'ils ont fait, rire de tout voudrait dire insulter une bonne frange de la population sénégalaise, surtout celle qui vit avec un handicap», corrige Mme Aissatou Cissé. Dans la vidéo en question qui n’a pas fini de susciter l’indignation, avec des commentaires qu’elle continue de charrier, Sanekh et Jojo sont avec des acteurs qui se trouvent être des personnes handicapées, «mais ces derniers ne comprennent pas trop leur rôle. Nous sommes tous des relais, mais rire du handicap ne s'arrête pas seulement dans les médias, ça va au-delà, dans les écoles et ailleurs, avec des conséquences insoupçonnées. Franchement, ces acteurs ne doivent pas en faire des sujets de dérision. C'est très grave et c'est pourquoi je dis qu'on ne rit pas de tout et de n'importe quoi. Tout n'est pas sujet à humour. On n'en fait pas quand on fait allusion à la race, à l’appartenance à une ethnie, quand ça porte préjudice à une minorité. Le pire dans cette affaire, c’est qu’ils sont allés amener une deuxième vidéo pour montrer que les personnes ont tort de fustiger cela. Ce qu’on doit retenir, en effet, c’est que le handicap n’est pas un sujet drôle et à rigoler», regrette Mme Aissatou Cissé, par ailleurs patronne du Centre de Développement Solidaire et Inclusif (Cdsi).

Aujourd’hui, le Président a fini de mettre en place des politiques contre les différentes formes de discrimination sociale. Donc, fustige Mme Aissatou Cissé, «on ne peut pas se permettre de faire cela par la culture qui, justement, se trouve être un outil important de brassage, de cohésion et d’harmonie pour des générations. Donc, j’appelle Cheikh Ndiaye et Sanekh à la raison, pour qu’ils rectifient leurs propos. Qu’ils sachent comment faire rire les gens sans heurter les consciences et les minorités». Au sein des Nations Unies, il y a une commission qui s’occupe des minorités et de leurs droits. On ne peut pas se permettre certaines choses sous le prétexte qu’on veut faire rire. Non, ce n’est pas possible», refuse-t-elle, non sans condamner fermement leur sortie. «Je les invite à s’amender et à demander pardon à toute cette communauté-là et à faire attention dorénavant. Ca peut aller loin la prochaine fois, les personnes handicapées ne méritent pas d’être traitées comme des moins que rien. Qu’on respecte l’être humain», avertit Mme le Ministre Conseiller

About Author

Connectez-vous pour commenter

CMU
cmu