jeudi 5 août 2021 | Login
Tournée économique à Matam: Oubliée des doléances présentées à Macky, la Cojer de Kanel tape sur la table et fustige les divisions des responsables

Tournée économique à Matam: Oubliée des doléances présentées à Macky, la Cojer de Kanel tape sur la table et fustige les divisions des responsables Spécial

Frustrés de voir leur commune toujours oubliée des autorités étatiques, les jeunes de Kanel amenés par Aboubacar Sow dit Boo, président de la Cojer communale, ont saisi l’occasion offerte par la tournée économique du chef de l’Etat à Matam pour se demander pourquoi ils restent encore omis dans les discours adressés au Président Macky Sall. «Il est temps que les aspirations des jeunesses de Matam soient prises en compte. Pour cela, nous exigeons de l’Etat une considération vis-à-vis de notre commune. Mais comment cela devient-il possible si nos responsables qui étaient sensés porter nos combat restent divisés au point que les Ministres Mamadou Talla, Abdou Karim Sall, El Hadji Malick Sall, Daouda Dia ne se kiffent point ? Nous interpelons le Président pour casser ces divisions qui minent le parti et desservent les associations de jeunesses», soutient Aboubacar Sow.

La dynamique du désenclavement de la région de Matam et les perspectives qui doivent s’offrir aux jeunes sont des préoccupations quotidiennes. La Cojer de Kanel reste cette sentinelle qui rappelle que la jeunesse doit être le socle de tout projet de développement, mais, regrette Aboubacar Sow, «elle est encore oubliée dans les discours présentés au chef de l’Etat lors de la sa tournée économique. Seul Daouda Dia a fait état de nos préoccupations. Mais ce n’est pas une surprise, si l’on sait les tendances et les divisions de nos principaux responsables, qui ont apparemment d’autres préoccupations que celles des jeunes, ont fini de nous isoler des impératifs de développement. Nous tapons sur la table que désormais, nous comptons plus rester sur la touche».

En effet, dépourvue d’infrastructures et le manque criard d’unités industrielles, la jeunesse souffre d’un chômage endémique. Faute d’emplois, plus de 70 % des jeunes se tournent dans la conduite de motos Jakarta, donc sans perspectives sûres». Et donc c’était une aubaine de voir le président Macky Sall annoncer les travaux de grands projets comme Promoville et d’autres inaugurations de structures de santé. «Nous le remercions pour avoir compris que Matam, notamment Kanel n’a pas encore pu bénéficier des grands projets de l’Etat. Les routes y sont toujours cahoteuses, des chantiers qui durent depuis plus de deux ans et qui peinent à s’achever, les travaux étant à l’arrêt. Ce qui rend certaines parties de la ville difficiles d’accès», se félicite Aboubacar Sow qui digère mal que les Ministres Mamadou Talla vomi par presque beaucoup de jeunes leaders, Abdou Karim Sall qui a quitté son Mbao pour trouver refuge dans son terroir natal, El Hadji Malick Sall dont on attend encore beaucoup de lui, et le député Daouda Dia sont dans une guéguerre qui ne doit pas son nom. «Ces responsables doivent montrer la voie aux jeunes et se retrouver pour le seul bénéfice de la région», préconise Boo Sow.

 

About Author

Connectez-vous pour commenter

CMU
cmu