samedi 13 août 2022 | Login
EN ROUTE VERS LA COP 26 :  ‘’Aar Sa Moomeel’’ Rufisque se penche sur les engagements pris à Paris en 2015

EN ROUTE VERS LA COP 26 :  ‘’Aar Sa Moomeel’’ Rufisque se penche sur les engagements pris à Paris en 2015 Spécial

Le monde entier a les yeux tournés vers Glasgow en Ecosse pour les besoins de la Conférence des Parties dite COP 26. Ce sommet démarré hier 31 Octobre va se poursuivre jusqu’au 12 Novembre 2021. La Thématique majeure choisie cette édition porte sur l’adaptation. Experts des pays du G 20 Bailleurs de Fonds tout comme les Décideurs des pays les moins avancés devront plancher sur les différents engagements pris depuis 2015, lors de la COP 21 à Paris.

En effet, ainsi est présentée l’alternative dans ce contexte de changement climatique de plus en plus noter. Toutes les prévisions de voir les émissions de gaz à effet de serre réduites de moitié sont de plus en plus faussées par le réchauffement climatique accentuée. Les bouleversements et dérèglements climatiques observés chaque jour à travers le monde font dire aux experts, climatologues et autres scientifiques que l’heure est grave ; qu’il va falloir tirer la sonnette d’alarme au risque de voir toute l’humanité courir le risque de périr avant longtemps. La faune et la flore aquatiques comme terrestres n’en parlons pas ne vont avoir voix au chapitre. Si l’atténuation des gaz à effet de serre n’est pas amorcée les menaces iront crescendo d’ici à l’horizon 2030. Pourtant les engagements avaient été déjà pris en 2015 depuis Paris de devoir y remédier. Mais hélas on est en 2021 et rien n’est encore fait. Néanmoins les Communautés fortement impactées attendent de voir que l’étau se

desserre pour garder l’espoir d’une possible adaptation face à ces changements irréversibles . C’est dans une telle situation et face à ce dilemme que les environnementalistes réunis au sein du mouvement citoyen Aar Sa Moomeel du Département de Rufisque se sont retrouvés en ce jour, lundi 1er Novembre, à la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de Rufisque pour échanger entre actrices et acteurs sur la Justice Climatique face au Changement Climatique. Aar Sa Moomeel est un mouvement citoyen né des flancs du Réseau des Associations pour la Protection de l’Environnement et de la Nature dont le siège se trouve à Bargny une des 11 Communes polarisées par le Département.

Présidé par M. Mawdo Malick Ngom Président du Conseil des Notables Lébous , l’atelier a reçu des hôtes de marque venus de différents pays d’Europe. D’Allemagne, en passant par Paris, Bruxelles , le pays basque en Espagne ; parlementaires européens siégeant à Strasbourg tout comme des militants de la Gauche Européenne ont voulu par leur présence marquer toute leur sympathie aux peuples d’Afrique en lutte, les sénégalais de Bargny et localités du Département de Rufisque, trop impactés par les effets de changement climatique en particulier causés par les Industries Polluantes et l’érosion côtière. Après avoir religieusement suivi le brillant exposé présenté par M. Daouda Larri Guèye expert environnementaliste, Cheikh Fadel Wade Coordonnateur du réseau et de la plateforme devait faire visiter à la Délégation Européenne, la digue de protection de Thiawlène, le site de Gestion Ecologique Communautaire édifié par la Commune de Rufisque Est, les impacts de l’avancée de la mer et la Centrale à charbon implantée à Bargny. La délégation européenne amenée par Docteur Ibrahima Thiam, Chargé de Programme au sein de la Fondation partenaire Rosa Luxemburg était visiblement émue. Promesse a été faite de revenir en Janvier 2022 pour sceller de nouvelles relations avec les organisations de la Société civile et les organisations communautaires de base. L’atelier s’est poursuivi après la pause déjeuner sur la présentation de M. Mamadou Diop Thioune Haut Conseiller des Collectivités Territoriales. Plus connu sous le sobriquet de MbathieThioune l’Honorable Conseiller a gratifié les participant (e)s d’unbrillant exposé sur l’historique, l’actualité et la réalité de la problématique du Changement Climatique. Il a mis en exergue le combat qui doit êtreaccentué pour l’instauration effective d’une justice climatique. Son plaidoyer a porté également sur les décisions qui doivent sortir de la COP 26 et être en phase avec les attentes de réparation des préjudices subis par les Communautés du fait des Industries polluantes

 

Cheikh Mbodj

 

 

About Author

Connectez-vous pour commenter

CMU
cmu