mercredi 19 juin 2024 | Login
Législatives du 31 juillet 2022 : Ousmane Faye alerte sur les dangers d'une opposition sans programme qui n'a que l'insulte et les invectives à la bouche

Législatives du 31 juillet 2022 : Ousmane Faye alerte sur les dangers d'une opposition sans programme qui n'a que l'insulte et les invectives à la bouche Spécial

La campagne électorale bat son plein. Les différentes formations politiques sont à la pêche des voix pour former la prochaine législature pleine d'enjeux. Mais le leader de Manko Wattu Sénégal MWS se veut alerte sur le choix des futurs représentants du peuple à l'hémicycle: '' Nous sommes en période de campagne électorale mais jusque-là, personne n'a encore écho d'un quelconque programme décliné par l'opposition. S'ils ne sont pas dans le dénigrement, ils se distinguent dans le mensonge, la fomentation et l'incitation à des troubles. Ils n'ont aucune  proposition concrète concernant l'avenir des Sénégalais et ne s'en cachent pas. Leur seule et détestable déclaration se résume à instabilité et insurrection. De telles personnes ne méritent pas de figurer sur une liste, encore moins siéger à une Assemblée'', prévient Ousmane Faye.

 

 Pour lui, '' l'opposition actuelle est sur le terrain en train de proférer du n'importe quoi aux Sénégalais. Et malheureusement, c''est l'image de la démocratie sénégalaise qui s'en trouve écornée et en prend un sacré coup, car, victime des agissements d'un groupement de personnes irresponsables qui doivent leur salut à l'ouverture d'esprit du président Macky Sall qui aurait pu les confondre à des insurrectionnistes qui ne parlent que de mandat avant l'heure. '' Jamais dans l'histoire politique du Sénégal, des candidats à une législature n'ont autant manqué de programme et de solutions alternatives. Leur seul mot de campagne s'arrête à ''pas de 3ème mandat''. Vous pensez que c'est sérieux ça ? J'en appelle les Sénégalais à se méfier de ces genres de politiques qui n'ont pas encore décliné leur véritable ambition. Ils sont d'une dangerosité inouïe et ne méritent aucun respect et aucune considération. Ils sont à bannir du cercle politique. Nous allons les laminer dans tous les départements du Sénégal au soir du 31 juillet prochain '', promet de sévir le patron de la coalition MWS en pleine campagne dans le centre du pays, notamment dans les zones de Gandiaye, Sibassor et Kaolack.

 

About Author

Éléments similaires (par tag)

  • Ousmane Faye Manko Wattu Sénégal (MWS) sur l’affaire des doubles nationalités : «J’invite Khalifa Sall et tous les autres qui sont soupçonnés à publier le décret de renonciation s’ils veulent se laver de tout soupçon».

    Le constat est unanime qu’il y a eu beaucoup d’anomalies depuis le début du processus électoral, notamment sur l’affaire des doubles nationalités. Le Conseil Constitutionnel, pour parer à toute contestation post-électorale, doit rassurer tous les acteurs et reprendre le processus électoral depuis le commencement, en vérifiant  les cas de plusieurs candidats comme Khalifa Sall et tant d’autres qui ne se seraient pas départis du fisc. Pour Ousmane Faye, «le seul démenti d’une telle allégation ne pourrait suffire, surtout concernant une affaire de double nationalité. Il convient plutôt de produire la preuve attestant de sa perte de nationalité par un décret de renonciation».

    Mis au devant de la scène politique par une accusation d’avoir bénéficié d’une double nationalité, certains parlent même de triple, le candidat de la coalition Taxawou Sénégal est invité à fournir les preuves qu’il est blanc comme neige par rapport à cette affaire. Mais pour toute réponse, Khalifa Sall se rechigne  à démentir sans convaincre. Suffisant pour que le leader de la Manko Wattu Sénégal l’interpelle en ces termes. « L’affaire n’est pas difficile, si lui Khalifa Sall dispose du décret qui montre qu’il a renoncé à une nationalité étrangère, je l’invite à le publier à l’image de Karim Wade dont tout le monde sait pertinemment qu’il est aujourd’hui exclusivement sénégalais. C’est une procédure qui le lave d’une grande eau et qui lui permet de pouvoir participer à l’élection sans bruit». Sinon, ajoute le patron de MWS, « le flou persistera et personne ne peut empêcher les gens à prôner sa disqualification pour la prochaine présidentielle. Il doit faire comme Karim Wade sur qui le doute a finalement été levé. Le candidat du Parti démocratique sénégalais (PDS) a bien renoncé à sa nationalité française, selon un décret du mardi 16 janvier publié au Journal officiel et signé par le premier ministre, Gabriel Attal, et le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. 

    D’ailleurs, poursuit Ousmane Faye, Khalifa Sall n’est pas le seul dans ce cas de figure. Comme le dit Malick Gakou, parmi ces candidats valides, ils sont nombreux à disposer d’une autre nationalité ou qui ne sont pas quitte avec le fisc. Mais comme c’est des pièces requises pour espérer voir sa candidature validée, il est enfin temps que le Conseil Constitutionnel prenne le taureau par les cornes en réglant définitivement ces impairs constatés chez les potentiels candidats.

Connectez-vous pour commenter

CMU
cmu