lundi 15 juillet 2024 | Login
Ameth Diallo, leader de Gox Yu Bess ANTA : «Le respect de la Constitution et des lois de la République est non négociable»

Ameth Diallo, leader de Gox Yu Bess ANTA : «Le respect de la Constitution et des lois de la République est non négociable» Spécial

Le parti Gox Yu Bess - A.N.T.A observe avec une attention particulière le débat actuel concernant la déclaration de politique générale (DPG) du Premier Ministre Ousmane Sonko. Mais, ce qui est sûr, c’est que son leader tient à exprimer sa position claire et inébranlable : «le respect de la Constitution et des lois de la République est non négociable», décrète-t-il.

 

C’est avec regret que les responsables de Gox Yu Bess ANTA constatent ces polémiques stériles et nuisibles qui continuent de miner le débat politique. Et qu’il est impératif de rappeler que chaque nomination d’un Premier Ministre avait suscité des discussions similaires, cherchant à imposer un calendrier précipité pour cette DPG. Pourtant, l’histoire a démontré que chaque Premier Ministre a pris le temps nécessaire pour se conformer aux exigences légales : par exemple, Macky Sall avait attendu 7 mois, Abdoul Mbaye l’avait déclaré 6 mois après l’installation d’une nouvelle législature, et dernièrement Amadou Ba a attendu 3 mois avant de faire sa DPG, avec les mêmes polémiques à l’époque alimentées par le même type de politiciens en quête de notoriété sur les réseaux sociaux à défaut d’avoir une base populaire. Concernant le Premier Ministre Ousmane Sonko, «notre parti est en phase avec lui sur l’exigence de rétablir la légalité au sein de l’Assemblée nationale avant de décliner sa feuille de route qui déroulera la vision du Président de la république son excellence Bassirou Diomaye Diakhar Faye. Les violations actuelles du dysfonctionnement doivent être corrigées dans les délais incompressibles respectant la loi. Ce n’est qu’une fois cette étape cruciale franchie que le Premier Ministre pourra présenter sa DPG au sein de l’hémicycle de l’Assemblée nationale du peuple souverain et nulle part ailleurs, conformément à l’article 55 de notre Constitution, dans un climat de légalité et de sérénité», recadre Ameth Diallo.

 

Qui reste conscient que certains opposants ont soulevé le fait que ce même règlement intérieur de l’Assemblée nationale a été utilisé à plusieurs reprises pour organiser des débats et des procédures sans correction. «Cependant, cela ne justifie en aucun cas la poursuite de violations des règles établies. Le fonctionnement de l’Assemblée nationale doit être bloqué tant que les textes qui la régissent n’auront pas retrouvé leur légalité. Les personnes impliquées dans la falsification de ces textes doivent être identifiées et lourdement sanctionnées», proteste-t-il. Depuis sa création, Gox Yu Bess - ANTA est guidé par un principe simple : la République, ce sont les lois. Sans respect des lois, il n’y a plus de République. Par conséquent, «tout le monde doit respecter la loi, quelles que soient les circonstances, événements ou contextes politiques. Aucune dérogation à ce principe n’est possible.

Gox Yu Bess - ANTA réaffirme son engagement ferme pour le respect strict de la Constitution et des lois de la République. Nous ne tolérerons aucune entorse aux règles constitutionnelles ni aux textes réglementaires. Chaque action politique doit s’inscrire dans le strict respect des principes républicains et de l'État de droit», indique-t-il.

Y.ND

 

 

About Author

Éléments similaires (par tag)

  • MOUSTAPHA NIASSE (82 ANS), ROBERT SAGNA (82 ANS), SIDIKI KABA (71 ANS), IDY (62 ANS), etc. : Les délégués régionaux de Macky ont tous un âge proche ou qui dépasse la retraite, mais ils se considèrent comme l’avenir du pays.

    Le parrainage révèle des données qui méritent qu’on s’y penche davantage, avec l’âge avancé des délégués régionaux choisis par Macky Sall. Ce constat est valable dans 7 régions où les choix du Président semblent se détourner de la jeunesse. Pour le coordonnateur de la coalition Gox Yu Bess, «c’est dommage que c’est des papys qui vont jouer le rôle d’arbitres et de médiateurs, au moment où on crie sur tous les toits la nécessité de faire confiance à la jeunesse, les bras valides pour une nation qui se veut émergente». 

    Aujourd’hui, l’âge médian, au niveau mondial, est de 30,4 ans. Ce qui veut dire que nous vivons dans un monde de jeunes. Cela est encore plus vrai en Afrique où l’âge médian est de 19,6 ans. L’âge médian en France est de 41,2 ans, et pourtant, s’exprime Ameth Diallo, coordinateur national de la coalition Gox Yu Bess, «le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a 33 ans. Au Sénégal, l’âge médian est de 19 ans, et le porte parole de notre gouvernement M. Oumar Gueye a 64 ans. Pourquoi, ailleurs, ils ont compris que les enjeux et défis du monde moderne concernent beaucoup plus la jeunesse, et qu’il faut les impliquer pleinement, et que dans notre pays, on continue de penser que c’est très tôt pour confier de hautes responsabilités à la jeunesse? Peut-on y voir un mépris de soi? Qu’ont-ils compris et qu’on ne comprend pas?». 

     

    Pour Gox Yu Bess, «Je pense que l’un des principaux problèmes de ce pays est que les jeunes tardent à être responsabilisés et sont considérés comme des enfants ou des adolescents, alors que ceux qui doivent aller à la retraite se prennent pour des jeunes en voulant rester éternellement au pouvoir.  Pour les besoins de mobilisation du parrainage, le président Macky Sall a choisi ces délégués régionaux qui ont l’âge très avancé pour se voir confier des responsabilités. Constatons ensemble : Kaolack : Moustapha Niasse (82 ans), Ziguinchor : Robert Sagna (82 ans), Tambacounda : Sidiki Kaba (71 ans), Thiès : Idrissa Seck (62 ans),  Dakar : Amadou Ba (60 ans), Matam : Mamadou Talla (60 ans), Saint Louis : Mansour Faye (56 ans). Tous ces délégués se considèrent comme l’avenir du pays».

     

     Ameth Diallo de dire que «pour les élections législatives du 31 juillet 2022 prochain, le peuple devrait soutenir les listes avec le maximum de candidats jeunes investis. Car,  ailleurs à 25 ans, on est pleinement responsable et surtout impliqué dans le développement du pays, contrairement au Sénégal où à cet âge, on est encore bébé». Ameth Diallo de conclure : «Nous ne prétendons pas écarter les anciens nos devanciers définitivement, mais nous voulons leur rappeler l’urgence à laisser plus de place à la jeunesse afin qu’elle puisse participer à la construction de l’avenir qu’elle souhaite pour elle-même». 

     

     

Connectez-vous pour commenter

CMU
cmu